Different Media City
               


Café des Artistes:

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pause café:

DM Livre d'or
Newsletter
Forum
Petites annonces

DM asbl
DM Kids


Après un long voyage parmi les méandres, les atmosphères et la sensibilité de la peinture, je suis toujours aussi amoureux de la couleur, de la peinture mais aussi de ma liberté ainsi que de la vôtre, par votre regard, par votre pouvoir de toucher et de ressentir l’œuvre qui s’offre à vous.

Cent cubes, six cents faces, souffles de respiration et d’émotion.

Je dis toujours qu’une peinture doit être comme un jet, un souffle, une impulsion. Ces cubes de 10 cm de coté me poussent à cracher ma peinture comme une émotion furtive qui passe au travers de moi.

Fragments de peinture, fragments de Platonicie, morceaux d’une vie intérieure venant d’ailleurs, mon ailleurs, naissent d’une planète à l’univers.

LA peinture représentée est comme du tartinage, monde de l’enfance, monde de l’insouciance et de beauté où l’on fait abstraction du verbe « avoir » pour ne retenir que l’être. Le temps s’écoule trop vite.

Ce petit garçon qui me poursuit et qui me tend la main presque à la toucher, vais-je prendre le temps de me retourner et de la lui prendre, ce petit garçon qui est « moi ». J’ai beau me retourner, je n’y arrive pas !

Pourquoi ?

Ai-je réussi à exprimer ce que je ressens, ai-je encore trop de chose à vous montrer par mes couleurs, taches, lignes, ces fragments Platoniciens, ce tartinisme qui est le mien.

Jean-Pierre Harcq


<-- Retour aux oeuvres